La Pharmacia De Garde Ouvrir le menu principal

ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé - résumé des caractéristiques

Contient la substance active:

ATC classification:

Dostupné balení:

Médicaments similaires

Résumé des caractéristiques - ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé

1. DENOMINATION DU MEDICAMENT

ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé

2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE

Acéclofénac..­.............­.............­.............­.............­.............­.............­.............­.............­.............­..100 mg

Pour un comprimé pelliculé.

Pour la liste complète des excipients, voir rubrique 6.1.

3. FORME PHARMACEUTIQUE

Comprimé pelliculé.

Comprimé pelliculé blanc, rond, biconvexe, de 8 mm de diamètre.

4. DONNEES CLINIQUES

4.1. Indications thérapeutiques

ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé est indiqué pour soulagerla douleur et l’inflammation dans l’arthrose, la polyarthrite rhumatoïde etla spondylarthrite ankylosante chez l’adulte.

4.2. Posologie et mode d'administration

Posologie

Les effets indésirables peuvent être minimisés en utilisant la doseefficace la plus faible pendant la durée la plus courte nécessaire aucontrôle des symptômes (voir rubrique 4.4 Mises en garde spéciales etprécautions d’emploi).

Adultes

La dose recommandée est de 200 mg par jour en deux prises, soit uncomprimé de 100 mg matin et soir.

Enfants

Il n’existe aucune donnée clinique concernant l’utilisation­d’ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé chez les enfants ; parconséquent, son utilisation n’est pas recommandée chez les enfants.

Patients âgés

Les patients âgés, plus susceptibles de présenter une altération de lafonction rénale, cardiovasculaire ou hépatique et de recevoir des médicamentscon­comitants, ont un risque accru de développer des conséquences graves deseffets indésirables. Si l’administration d’un AINS est considéréeindis­pensable, des précautions doivent être prises pour le traitement despatients âgés et il faut utiliser la plus faible dose efficace pendant la pluscourte période possible. Le patient doit être régulièrement contrôlé afinde détecter toute hémorragie gastro-intestinale au cours du traitementpar AINS.

Les propriétés pharmacocinétiques d’ACECLOFENAC EG LABO 100 mg,comprimé pelliculé n’étant pas modifiées chez les patients âgés, aucunemodification de dose ou de la fréquence d’administration ne s’impose.

Patients présentant une insuffisance rénale

Aucune donnée n’indique qu’il soit nécessaire de modifier la posologied’ACEC­LOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé chez les patientsprésentant une insuffisance rénale légère ; toutefois, comme avec les autresAINS, il convient de faire preuve de prudence (voir rubrique 4.4).

Patients présentant une insuffisance hépatique

Certaines données indiquent que la posologie d’ACECLOFENAC EG LABO100 mg, comprimé pelliculé doit être réduite chez les patients présentantune insuffisance hépatique ; il est suggéré d’utiliser une dose quotidienneinitiale de 100 mg.

Mode d’administration

ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé est administré par voieorale et les comprimés doivent être avalés entiers avec une quantitésuffisante de liquide.

Ils seront pris de préférence pendant ou après le repas. Lors del’administration d’ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé à desvolontaires sains à jeun et en postprandial, seule la vitesse de l’absorptionde l’acéclofénac a été modifiée, mais pas son ampleur.

4.3. Contre-indications

Hypersensibilité à l’acéclofénac ou à l’un des excipientsmen­tionnés à la rubrique 6.1, ou patients pour lesquels la prise d'acideacétyl­salicylique ou d’anti-inflammatoires non stéroïdiens déclenchent descrises d'asthme, des rhinites aiguës ou de l’urticaire, ou patientsprésentant une hypersensibilité à ces médicaments.

Patients présentant des antécédents d’hémorragies ou de perforationsgastro-intestinales liées à des traitements AINS antérieurs, actifs, ourécidives d’hémorragies/ul­cères gastroduodénaux (au moins deux épisodesdistincts d’hémorragies ou d’ulcérations confirmées).

Patients présentant des hémorragies actives ou des troubleshémorra­giques.

Patients présentant une insuffisance hépatique ou rénale sévère (voirrubrique 4.4).

Patients présentant une insuffisance cardiaque congestive avérée (NYHAII-IV), cardiopathie ischémique, artériopathie périphérique et/ou maladievasculaire cérébrale.

ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé est contre-indiqué pendantla grossesse, en particulier durant le dernier trimestre de la grossesse, chezles femmes qui tentent de concevoir et qui allaitent, sauf en cas d’absoluenécessité. La plus faible dose efficace doit être utilisée (voirrubrique 4.6).

4.4. Mises en garde spéciales et précautions d'emploi

Les effets indésirables peuvent être réduits au minimum en utilisant laplus faible dose efficace pendant la plus courte période nécessaire aucontrôle des symptômes (voir rubrique 4.2 et risques GI et cardiovasculairesci-dessous).

Il convient d’éviter toute utilisation d’ACECLOFENAC EG LABO 100 mg,comprimé pelliculé en association avec des AINS, y compris les inhibiteurssé­lectifs de la cyclooxygénase-2 (voir rubrique 4.5).

Patients âgés :

Les patients âgés présentent plus fréquemment des effets indésirablesaux AINS, en particulier des hémorragies et des perforationsgastro-intestinales, susceptibles d’avoir une issue fatale (voirrubrique 4.2).

Affections respiratoires :

La prudence s’impose en cas d’administration d’acéclofénac chez despatients souffrant d’asthme bronchique ou ayant des antécédents de cetteaffection, car les AINS ont été décrits comme déclenchant la survenue d’unbronchospasme chez ces patients.

Insuffisance rénale:

L’administration d’un AINS peut provoquer une réduction dose-dépendantede la formation de prostaglandines et précipiter la survenue d’uneinsuffisance rénale.

L’importance des prostaglandines dans le maintien du flux sanguin rénaldoit être prise en compte chez les patients présentant des troubles de lafonction cardiaque ou rénale, d’une dysfonction hépatique, ainsi que chezles patients traités par diurétiques ou venant de subir une chirurgie majeure,ou souffrant de toute autre cause d’hypovolémie et chez les patients âgés.Les patients présentant une insuffisance rénale légère ou modérée doiventêtre surveillés car l'utilisation d'AINS peut entraîner une détériorationde la fonction rénale.

Il convient d'utiliser la dose efficace la plus faible et de surveillerrégu­lièrement la fonction rénale. Les effets sur la fonction rénale sontgénéralement réversibles à l’arrêt d’ACECLOFENAC EG LABO 100 mg,comprimé pelliculé.

Insuffisance hépatique :

Une surveillance médicale étroite doit être mise en place chez lespatients présentant une insuffisance hépatique légère ou modérée etcommençant un traitement à la dose de 100 mg une fois par jour (voir rubrique4.2). Si les tests de la fonction hépatique continuent à présenter desrésultats anormaux ou indiquent une détérioration, si des signes ousymptômes cliniques évoquant une maladie hépatique se développent ou sid’autres manifestations surviennent (éosinophilie, éruption cutanée), laprise d’ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé doit êtrearrêtée. Une hépatite peut survenir sans symptômes prodromiques, il est doncrecommandé de réaliser des contrôles trimestriels de la fonction hépatiquedans les traitements à long terme.

L’utilisation d’ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé chezdes patients atteints de porphyrie hépatique peut déclencher une crise.

Effets cardiovasculaires et cérébrovasculaires :

Une surveillance et des conseils appropriés doivent être assurés auxpatients ayant des antécédents d’hypertension et/ou d’insuffisance­cardiaque congestive légère (NYHA-I), car des cas de rétention hydrique etd’œdème ont été rapportés lors de traitements par AINS.

Les patients présentant une insuffisance cardiaque congestive (NYHA-I) etles patients présentant des facteurs de risque significatifs d’événementscar­diovasculaires (par exemple hypertension, hyperlipidémie, diabète sucré,tabagisme) ne doivent être traités par l’acéclofenac qu’après une priseen compte attentive de ces facteurs.

Les risques cardiovasculaires associés à la prise d’acéclofenac pouvantaugmenter avec la dose et la durée d’exposition, la durée la plus courtepossible et la dose la plus faible quotidienne efficace doivent êtreutilisées. Les besoins du patient relatifs au soulagement de ses symptômes etla réponse au traitement doivent être réévalués régulièrement.

L’acéclofénac doit également être administré avec prudence et soussurveillance médicale étroite chez les patients ayant des antécédentsd’hé­morragies cérébrovasculaires.

Effets gastro-intestinauxs :

Une surveillance médicale étroite est nécessaire chez les patientsprésentant les troubles suivants, car ils peuvent être aggravés (voirrubrique 4.8) :

· Symptômes indiquant des troubles gastro-intestinaux affectant le tubedigestif supérieur ou inférieur.

· Antécédents suggérant une ulcération, une hémorragie ou uneperforation gastro-intestinale.

· Colite ulcéreuse

· Maladie de Crohn

· Anomalies hématologiques

Avec tous les AINS, on a rapporté la survenue d’une hémorragie, d’uneulcération ou d’une perforation gastro-intestinales potentiellement fatales,pouvant survenir à tout moment du traitement, avec ou sans symptômesprécur­seurs ou antécédents d’affections gastro-intestinales graves.

Le risque d’hémorragie, d’ulcération ou de perforationgastro-intestinale augmente avec la dose d’AINS utilisée chez les patientsayant des antécédents d’ulcère, en particulier en cas de complication àtype d’hémorragie ou de perforation (voir rubrique 4.3) ainsi que chez lesujet âgé. Chez ces patients, le traitement doit être instauré à la plusfaible dose disponible. Un traitement combiné à base d’agents protecteurs(p. ex., misoprostol ou inhibiteurs de la pompe à protons) doit être envisagéchez ces patients, tout comme chez les patients nécessitant un traitementcon­comitant par de faibles doses d’acide acétylsalicylique ou traités pard’autres médicaments susceptibles d’augmenter le risque gastro-intestinal(voir ci-dessous et rubrique 4.5).

Les patients ayant des antécédents gastro-intestinaux, surtout s’ils’agit de patients âgés, doivent signaler tout symptôme abdominalinhabituel (en particulier les saignements gastro-intestinaux), notamment endébut de traitement.

Une attention particulière doit être portée aux patients recevant destraitements associés susceptibles d’augmenter le risque d’ulcération oud’hémorragie, comme les corticoïdes oraux, les anticoagulants oraux tels quela warfarine, les inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine(ISRS) et les antiagrégants plaquettaires comme l’acide acétylsalicyli­que(voir rubrique 4.5).

En cas d’apparition d’hémorragie ou d’ulcération GI chez un patientrecevant de l’acéclofénac, le traitement doit être arrêté.

Lupus érythémateux disséminé (LED) et connectivite mixte :

Les patients atteints d’un lupus érythémateux disséminé (LED) et deconnectivites mixtes peuvent être exposés à un risque accru de méningiteaseptique (voir rubrique 4.8).

Réactions cutanées :

Des cas de réactions cutanées graves, dont certaines d’issue fatale,incluant la dermatite exfoliative, le syndrome de Stevens-Johnson et le syndromede Lyell, ont été rapportés très rarement (moins de 1 cas pour10 000 pa­tients) en association avec l’utilisation d’AINS (voir rubrique4.8). Le risque que les patients développent ce type de réactions semble leplus élevé en début de traitement : ces effets apparaissent dans la majoritédes cas au cours du premier mois de traitement. Arrêter le traitement parACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé dès les premiers signesd’éruption cutanée, de lésions muqueuses ou de tout autre signed’hypersen­sibilité.

Exceptionnellement, une varicelle peut déclencher des complications gravesdes infections au niveau de la peau et des tissus mous. A ce jour, il estimpossible d’exclure toute responsabilité des AINS dans l’aggravation deces infections. Il est donc conseillé d’éviter l’utilisation­d’acéclofénac en cas de varicelle.

Réactions d’hypersensibilité :

Comme avec d’autres AINS, des réactions allergiques, y compris desréactions anaphylactiqu­es/anaphylactoïdes, peuvent également survenir sansexposition préalable au médicament.

Au niveau hématologique :

ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé peut inhiber de manièreréversible l’agrégation plaquettaire (voir rubrique 4.5).

L’acéclofénac doit être évité chez les patients ayant développé uneanémie, une agranulocytose ou une thrombocytopénie secondaires à la prised’un AINS ou de métamizole.

Traitement à long terme :

Par mesure de précaution, tous les patients recevant des AINS doivent fairel’objet d’une surveillance, notamment pour détecter une éventuelleinsuf­fisance rénale, une insuffisance hépatique (une élévation des enzymeshépatiques est possible) et pour contrôler la formule sanguine.

Excipients :

Ce médicament contient moins de 1 mmol (23 mg) de sodium par comprimé,c’est-à-dire qu’il est essentiellement « sans sodium ».

4.5. Interactions avec d'autres médicaments et autres formesd'interactions

Autres analgésiques, y compris les inhibiteurs sélectifs de lacyclooxygénase-2 :

Eviter l’utilisation concomitante de deux AINS ou plus (dont l’acideacétyl­salicylique), car le risque d’effets indésirables pourrait êtremajoré (voir rubrique 4.4).

Antihypertenseurs :

Diminution de l’effet antihypertenseur. Le risque d’insuffisance rénaleaiguë, généralement réversible, peut être augmenté chez certains patientsayant une fonction rénale altérée (p. ex., patients déshydratés ou patientsâgés) lorsque des IEC ou des antagonistes des récepteurs de l’angiotensineII sont utilisés en association avec des AINS. Ce type d’association doitdonc être administré avec prudence, surtout chez les patients âgés. Lespatients devront être suffisamment hydratés et la fonction rénale devra êtresurveillée après l’instauration du traitement concomitant, puis de façonpériodique.

Diurétiques :

Des études sur les animaux indiquent la possibilité que l'aceclofénac,comme d'autres AINS, puisse interférer avec l'action natriurétique desdiurétiques. Cette propriété peut avoir une signification clinique chez lespatients hypertendus ou dont la fonction cardiaque est compromise. Lesdiurétiques peuvent augmenter le risque de néphrotoxicité des AINS. Même siaucun effet tensionnel n’a été observé en cas d’administrati­onconcomitante avec du bendrofluazide, il est impossible d’exclure touteinteraction avec d’autres diurétiques. En cas d’administration concomitantede diurétiques d’épargne potassique, surveiller les taux sériques depotassium.

Lithium et digoxine :

Plusieurs AINS inhibent la clairance rénale du lithium et de la digoxine,augmentant ainsi les concentrations sériques du lithium et de la digoxine.Cette association doit être évitée, sauf lorsqu’une surveillance fréquentedu lithium et de la digoxine peut être effectuée.

Méthotrexate :

Garder à l’esprit le risque d’interaction entre les AINS et leméthotrexate, même en cas d’utilisation de faibles doses de méthotrexate,en particulier chez les patients ayant une altération de la fonction rénale.S’il est nécessaire d’utiliser une thérapie combinée, surveiller lafonction rénale. La prudence est de mise lorsque des AINS et du méthotrexatesont administrés à moins de 24 heures d’intervalle, car les AINS peuventaccroître les concentrations plasmatiques du méthotrexate, ce qui induit unetoxicité accrue.

Mifépristone :

Les AINS ne doivent pas être utilisés pendant 8 à 12 jours aprèsl’adminis­tration de la mifépristone, car ils peuvent réduire les effets dela mifépristone.

Corticostéroïdes :

Risque accru d’ulcérations ou d’hémorragies gastro-intestinales (voirrubrique 4.4).

Anticoagulants :

Les AINS peuvent renforcer les effets des anticoagulants, tels que lawarfarine (voir rubrique 4.4). Surveiller étroitement les patients recevant untraitement combiné par anticoagulant et ACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimépelliculé.

Antibiotiques quinolones :

Les données issues des études animales indiquent que les AINS peuventaugmenter le risque de convulsions en cas d’association avec des antibiotiques­quinolones. Les patients prenant des AINS et des quinolones peuvent présenterun risque accru de convulsions.

Agents antiplaquettaires et inhibiteurs sélectifs de la recapture de lasérotonine (ISRS) :

Augmentation du risque de saignement gastro-intestinal (voirrubrique 4.4).

Ciclosporine, tacrolimus :

L’association d’un AINS avec la ciclosporine ou le tacrolimus estsupposée augmenter le risque de néphrotoxicité, en raison de la diminution dela synthèse des prostacyclines rénales. En cas d’association, il estimportant de contrôler la fonction rénale.

Zidovudine :

Risque accru de toxicité hématologique lorsque des AINS sont administrésen association avec la zidovudine. Des données probantes indiquentl’exis­tence d’un risque accru d’hémarthroses et d’hématomes chez leshémophiles VIH(+) recevant un traitement concomitant à base de zidovudine etd’ibuprofène.

Antidiabétiques :

Des études cliniques ont révélé que l’acéclofenac peut êtreadministré en association avec des antidiabétiques oraux sans influencer leureffet clinique. Cependant, des cas isolés d’effets hypoglycémiants ethyperglycémiants ont été rapportés. Dès lors, en cas d’association avecACECLOFENAC EG LABO 100 mg, comprimé pelliculé, envisager un ajustement de laposologie des agents hypoglycémiants.

Autres AINS :

Un traitement concomitant par l’acide acétylsalicylique ou d’autres AINSpeut augmenter la fréquence des effets indésirables, notamment le risqued’hémorragie GI (voir rubrique 4.4).

4.6. Fertilité, grossesse et allaitement

Grossesse

Il n’existe pas de données sur l’utilisation de l’acéclofénac chezla femme enceinte.

Premier et deuxième trimestres de grossesse :

L’inhibition de la synthèse des prostaglandines peut avoir des effetsdélétères sur la grossesse et/ou le développement de l’embryon/du fœtus.Les données émanant d’études épidémiologiques suggèrent l’existenced’un risque accru de fausse-couche, de malformation cardiaque ou degastroschisis lorsqu’un inhibiteur de la synthèse des prostaglandines estutilisé en début de grossesse. Le risque absolu de malformationcar­diovasculaire passait de moins de 1 % à 1,5 % environ. On pense que cerisque augmente avec la dose et avec la durée du traitement.

Chez les animaux, l’administration d’un inhibiteur de la synthèse desprostaglandines s’est avérée accroître les pertes pré- etpost-implantatoires ainsi que la mortalité embryonnaire et fœtale. De plus,une élévation de l’incidence de diverses malformations, notammentcardi­ovasculaires, a été signalée chez les animaux qui avaient reçu uninhibiteur de la synthèse des prostaglandines pendant la périoded’orga­nogenèse. Durant les 1er et 2e trimestres de la grossesse,l’a­céclofénac ne doit être administré qu’en cas de nécessité absolue.Dans le cas où l’acéclofénac est administré chez la femme souhaitant êtreenceinte ou au cours des 1er et 2e trimestres de grossesse, la dose doit êtrela plus faible possible et la durée de traitement la plus courte possible.

Troisième trimestre de grossesse :

Durant le troisième trimestre de la grossesse, tous les inhibiteurs de lasynthèse des prostaglandines peuvent exposer le fœtus à :

· une toxicité cardio-pulmonaire (par fermeture prématurée du canalartériel et hypertension pulmonaire) ;

· une dysfonction rénale, pouvant évoluer en insuffisance rénale avecoligoamnios.

La mère et le nouveau-né, en fin de grossesse, à :

· un risque d’allongement du temps de saignement, par un effetantiagrégant pouvant se manifester même à très faibles doses ;

· une inhibition des contractions utérines entraînant un retard ou unallongement de la durée du travail.

Par conséquent, l’acéclofénac est contre-indiqué pendant le 3etrimestre de la grossesse (voir rubrique 4.3).

Allaitement

Il n’existe aucune donnée concernant la sécrétion de l’acéclofénacdans le lait maternel ; aucune excrétion significative de l’acéclofénacra­diomarqué (14C) dans le lait de rates allaitantes n’a cependant étéobservée.

L’utilisation d’acéclofénac doit donc être évitée pendant lagrossesse et l’allaitement, sauf si les bénéfices potentiels pour la mèrel’emportent sur les risques éventuels pour le fœtus.

Fertilité

L’utilisation de l’acéclofénac, comme tous les inhibiteurs de lacyclo-oxygénase, peut réduire la fertilité féminine et n’est pasrecommandée chez les femmes qui envisagent une grossesse. Chez les femmes quiprésentent des difficultés à procréer ou qui passent des examens liés àune recherche d’infertilité, un arrêt du traitement par ACECLOFENAC EG LABO100 mg, comprimé pelliculé doit être envisagé.

4.7. Effets sur l'aptitude à conduire des véhicules et à utiliser desmachines

Les patients souffrant d’étourdissements (lipothymie, étourdissemen­tslégers ou sévères), de vertiges ou d’autres troubles du système nerveuxcentral doivent s’abstenir de conduire ou d’utiliser des machineslorsqu’ils sont traités par acéclofénac. Si un autre anti-inflammatoire nonstéroïdien a déjà provoqué des effets identiques, une prudence accrue estnécessaire lors de la première prise d’acéclofénac.

4.8. Effets indésirables

Effets rapportés liés à la classe des AINS :

Gastro-intestinaux :

Les effets indésirables les plus fréquemment observés sont de naturegastro-intestinale. Des ulcères gastroduodénaux, des perforations ouhémorragies GI, parfois d’issue fatale, peuvent survenir, en particulier chezles patients âgés (voir rubrique 4.4). Les effets suivants ont étérapportés après l’administration : nausées, vomissements, diarrhée,flatu­lence, constipation, dyspepsie, douleurs abdominales, méléna,hématémèse, stomatite ulcéreuse, exacerbation d’une colite et maladie deCrohn (voir rubrique 4.4). Moins fréquemment, des cas de gastrite ont étéobservés. Des cas de pancréatite ont été très rarement rapportés.

Hypersensibilité :

Des réactions d’hypersensibilité ont été rapportées après untraitement par les AINS. Ces réactions peuvent inclure (a) des réactionsaller­giques non spécifiques et une anaphylaxie, (b) une réaction des voiesrespiratoires, incluant l’asthme, une aggravation de l’asthme, lebronchospasme ou la dyspnée, ou © des troubles cutanés divers, notamment :éruptions cutanées de types divers, prurit, urticaire, purpura, œdème deQuincke et, plus rarement, des dermatoses exfoliatives et bulleuses (notammentsyndrome de Lyell et érythème polymorphe).

Au niveau cardiovasculaire et vasculaire cérébral :

Des cas d’œdème, d’hypertension et d’insuffisance cardiaque ont étésignalés lors de traitements par AINS.

L’acéclofénac est structurellement lié et métabolisé en acéclofenac.Les données d’essais cliniques et d’études épidémiologiques indiquentconstam­ment une augmentation du risque d’événements thrombotiques artériels(par exemple infarctus du myocarde et accident vasculaire cérébral) associéà un traitement par l’acéclofenac, particulièrement à forte dose(150 mg/jour) et lors d’administration prolongée. (voir rubriques 4.3 et4.4 pour les contre-indications et les mises en garde spéciales etprécautions d’emploi).

Exceptionnellement, la survenue de complications infectieuses graves auniveau de la peau et des tissus mous a été rapportée lors d’une varicelleen cas d’association avec un traitement par AINS.

Autres effets indésirables très rares rapportés avec les AINS(<1/10 000) :

Au niveau rénal :

Troubles rénaux et urinaires, néphrite interstitielle.

Au niveau hépatique :

Anomalies de la fonction hépatique, hépatite et ictère.

Au niveau neurologique et de sens particuliers :

Névrite optique, méningite aseptique (en particulier chez les patientssouffrant d’affections auto-immunes préexistantes, telles qu’un lupusérythémateux disséminé, une connectivite mixte), s’accompagnant desymptômes tels que raideur du cou, céphalées, nausées, vomissements, fièvreou désorientation (voir rubrique 4.4), confusion, hallucinations etendormissement.

Au niveau hématologique :

Agranulocytose, anémie aplasique.

Au niveau dermatologique :

Réactions bulleuses, incluant un syndrome de Stevens-Johnson et un syndromede Lyell (très rare). Photosensibilité.

Si des effets indésirables graves surviennent, le traitement par ACECLOFENACEG LABO 100 mg, comprimé pelliculé doit être interrompu.

Effets rapportés avec acéclofénac :

Au sein de chaque classe de systèmes d’organes, les effets indésirablessont classés par ordre de fréquence selon la convention suivante : trèsfréquent (≥ 1/10) ; fréquent (≥ 1/100, < 1/10) ; peu fréquent (≥1/1 000, < 1/100) ; rare (≥ 1/10 000, < 1/1 000) ; très rare (<1/10 000) ; fréquence indéterminée (ne peut être estimée sur la base desdonnées disponibles). Au sein de chaque groupe de fréquence, les effetsindésirables sont présentés suivant un ordre décroissant de gravité.

Classe de systèmes d’organes

Fréquent

(≥ 1/100, < 1/10)

Peu fréquent

(≥ 1/1 000, < 1/100)

Rare

(≥ 1/10 000, < 1/1 000)

Très rare

(< 1/10 000)

Affections hématologiques et du système lymphatique

Anémie

Dépression de la moelle osseuse

Granulocytopénie

Thrombocytopénie

Neutropénie

Anémie hémolytique

Affections du système immunitaire

Réaction anaphylactoïde (y compris choc anaphylactique)

Hypersensibilité

Troubles du métabolisme et de la nutrition

Hyperkaliémie

Affections psychiatriques

Dépression

Rêves anormaux

Insomnies

Affections du système nerveux

Sensations vertigineuses

Paresthésies

Tremblements

Somnolence

Céphalées

Dysgueusie (goût anormal)

Affections oculaires

Troubles de la vision

Affections de l’oreille et du labyrinthe

Vertige

Acouphènes

Affections cardiaques

Insuffisance cardiaque

Palpitations

Affections vasculaires

Hypertension

Aggravation d’une hypertension

Bouffées vasomotrices

Bouffées de chaleur

Œdème périphérique

Vascularite

Affections respiratoires, thoraciques et médiastinales

Dyspnée

Bronchospasme

Stridor

Affections gastro-intestinales

Dyspepsie

Douleurs abdominales

Nausées

Diarrhée

Flatulence

Gastrite

Constipation

Vomissements

Ulcération buccale

Méléna

Diarrhée hémorragique

Hémorragie gastro-intestinale,

Ulcération gastro-intestinale

Stomatite

Perforation gastro-intestinale

Exacerbation d’une maladie de Crohn et d’une colite ulcérative

Hématémèse

Pancréatite

Affections hépatobiliaires

Augmentation des taux d’enzymes hépatiques

Atteinte hépatique (y compris hépatite)

Ictère

Augmentation du taux de phosphatase alcaline

Affections de la peau et du tissu sous-cutané

Prurit

Éruption cutanée

Dermatite

Urticaire

Angio-œdème

Purpura

Réaction cutanéo-muqueuse sévère (y compris syndrome de Stevens-Johnsonet syndrome de Lyell)

Troubles musculosquelet­tiques et du tissu conjonctif

Crampes dans les jambes

Affections du rein et des voies urinaires

Élévation de l’urée sanguine

Élévation de la créatinine sanguine

Insuffisance rénale

Syndrome néphrotique

Troubles généraux et anomalies au site d’administration

Œdème

Fatigue

Investigations

Prise de poids

Déclaration des effets indésirables suspectés

La déclaration des effets indésirables suspectés après autorisation dumédicament est importante. Elle permet une surveillance continue du rapportbénéfi­ce/risque du médicament. Les professionnels de santé déclarent touteffet indésirable suspecté via le système national de déclaration : Agencenationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) etréseau des Centres Régionaux de Pharmacovigilance – Site internet : <ahref=„http://­www.signalement-sante.gouv.fr“>www­.signalement-sante.gouv.fr

4.9. Surdosage

Les données disponibles sur les conséquences d’un surdosage chezl’homme sont insuffisantes. Les symptômes pourraient être : nausées,vomis­sements, douleurs épigastriques, vertiges, somnolence et céphalées.

La prise en charge d’une intoxication aiguë par l’acéclofénac oralconsiste essentiellement en des mesures symptomatiques et de soutien destinéesà prévenir les complications telles qu’une hypotension, une insuffisancerénale, des convulsions, une irritation gastro-intestinale et une dépressionres­piratoire.

Le traitement d'une intoxication aiguë à l'acéclofénac oral consiste àbloquer l'absorption le plus rapidement possible par un lavage gastrique etl’administration de charbon actif.

Les traitements spécifiques tels que la diurèse forcée, la dialyse oul'hémoperfusion peuvent ne pas parvenir à éliminer les AINS, du fait de leurforte liaison aux protéines plasmatiques et de leur important métabolisme.

5. PROPRIETES PHARMACOLOGIQUES

5.1. Propriétés pharmacodynami­ques

Classe pharmacothéra­peutique : Anti-inflammatoires et antirhumatismau­x,non stéroïdiens, Dérivés de l’acide acétique et apparentés, code ATC :M01AB16.

Mécanisme d’action

L’acéclofénac est un agent non stéroïdien qui possède d’importantes­propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.

Le mécanisme d’action de l’acéclofénac repose principalement surl’inhibition de la synthèse des prostaglandines, plus précisément surl'inhibition de la synthèse de la cyclo-oxygénase. La sélectivité del'inhibition de la cyclo-oxygénase 1 (COX1)/cyclo-oxygénase 2 (COX2) a étéexaminée et décrite dans plusieurs études depuis 1997, avec des résultatsvariables selon la méthodologie utilisée.

Dans un milieu acellulaire, il s'agit d'un très faible inhibiteur de la COX1et de la COX2. En revanche, dans un milieu cellulaire, il est métabolisé enmétabolites actifs et entraîne une forte inhibition.

5.2. Propriétés pharmacocinéti­ques

Absorption

Après administration orale, l’acéclofénac est rapidement etcomplètement absorbé sous forme inchangée et sa biodisponibilité atteintpresque 100 %. Les concentrations plasmatiques maximales sont atteintes environ1,25 à 3,00 heures après ingestion. La prise concomitante de nourritureretarde le Tmax tandis que l'absorption n'est pas affectée.

Distribution

L'acéclofénac est fortement lié aux protéines (> 99,7 %).L’acé­clofénac pénètre dans le liquide synovial, où sa concentrationat­teint environ 57 % de la concentration plasmatique. Le volume de distributionest d’environ 25 litres. Il circule principalement sous forme de médicamentinchangé.

Biotransformation

Le principal métabolite détecté dans le plasma est le4’-hydroxyacéclofénac. Les autres métabolites, tels que le diclofénac etle 4'-hydroxydiclofénac qui ont également la capacité d'inhiber lacyclo-oxygénase, ne représentent que 20 % de la dose. La 4'-hydroxylation del'acéclofénac catalysée par le CYP 2C9 est la principale voie métabolique.La biotransformation de l'acéclofénac en diclofénac est une étapemétabolique mineure chez l'homme, qui est catalysée par l'estérasehépa­tique, mais pas par le CYP 2C9. Elle peut être suivie d'une éventuelle4'-hydroxylation catalysée par le CYP 2C9. Une potentielle inhibition cliniquedu CYP 2C9 aura donc un impact limité sur cette étape. Le polymorphisme du CYP2C9 peut affecter la formation du métabolite 4'-hydroxyacéclofénac qui est deloin le métabolite le plus important dans le plasma. Il est peu probable que lepolymorphisme du CYP 2C9 affecte la formation de diclofénac.

Elimination

La demi-vie d’élimination plasmatique est d’environ 4 heures. Environdeux-tiers de la dose administrée sont excrétés par voie urinaire,essen­tiellement sous forme d’hydroxyméta­bolites.

Les quantités relatives des différents métabolites dans l'urine(échantillon d'urine de 12 heures) sont les suivantes : acéclofénac (1–6%); 4'-hydroxyacéclofénac (74–79%) ; diclofénac (0–1%) et4'-hydroxydiclofénac (19–22%). Dans le plasma, au Tmax, les rapports sont lessuivants : acéclofénac (58,8–74,1 %) ; 4'-hydroxyacéclo­fénac(18,4–29,8 %) ; diclofénac (0–6,7 %) et 4'-hydroxydiclofénac(0–9,3 %).

Caractéristiques chez des populations spécifiques

Aucune modification de la pharmacocinétique de l’acéclofénac n’a étémise en évidence chez le sujet âgé.

Un retard d'élimination du produit a été observé en cas de fonctionhépatique altérée après une dose unique d'acéclofénac.

Une étude à doses répétées de 100 mg par jour montre qu’il n’y apas de modifications des paramètres pharmacocinétiques entre les sujets sainset ceux présentant une insuffisance hépatique légère à modérée.

De même, chez les patients présentant une insuffisance rénale légère àmodérée, il n'y a pas de différence cliniquement significative desparamètres pharmacocinétiques après administration d’une dose uniqued'acéclo­fénac.

5.3. Données de sécurité préclinique

Comme les autres AINS, l'acéclofénac est mal toléré chez l'animal. Deplus, les différences pharmacocinétiques entre les animaux et les hommesrendent difficiles l'évaluation du potentiel toxique de l'acéclofénac.

Les résultats des études précliniques menées avec l’acéclofénac­concordent avec les résultats escomptés pour les AINS. L’organe cibleprincipal était le tractus gastro-intestinal. Aucune observation inattenduen’a été enregistrée aux doses maximales.

L’acéclofénac n’a été associé à aucune activité mutagène dans lestrois études in vitro et in vivo menées chez la souris. Cependant, chez lelapin, le traitement par acéclofénac (10 mg/kg/jour) a eu pour conséquenceune série de changements morphologiques chez quelques fœtus.

Les études de tératogenèse chez le rat ont été négatives et n'ontmontré aucune anomalie. L’acéclofénac ne s’est avéré carcinogène nichez la souris, ni chez le rat.

6. DONNEES PHARMACEUTIQUES

6.1. Liste des excipients

Noyau :

Cellulose microcristalline (E460i)

Croscarmellose sodique

Copovidone

Talc (E553b)

Silice colloïdale anhydre

Distéarate de glycérol

Pelliculage Opadry O3A0280002 :

HPMC 2910/Hypromellose

Cellulose microcristalline

Dioxyde de titane (E171)

Stéarate de polyoxyl 40 (macrogol)

6.2. Incompati­bilités

Sans objet.

6.3. Durée de conservation

3 ans.

6.4. Précautions particulières de conservation

Ce médicament ne nécessite pas de précautions particulières deconservation.

6.5. Nature et contenu de l'emballage extérieur

20, 30, 40, 60, 90, 100 ou 180 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

Toutes les présentations peuvent ne pas être commercialisées.

6.6. Précautions particulières d’élimination et demanipulation

Pas d’exigences particulières.

7. TITULAIRE DE L’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

EG LABO – LABORATOIRES EUROGENERICS

CENTRAL PARK

9–15 RUE MAURICE MALLET

92130 ISSY-LES-MOULINEAUX

8. NUMERO(S) D’AUTORISATION DE MISE SUR LE MARCHE

· 34009 300 983 7 0 : 20 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

· 34009 300 983 8 7 : 30 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

· 34009 300 983 9 4 : 40 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

· 34009 300 984 0 0 : 60 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

· 34009 550 342 6 1 : 90 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

· 34009 550 342 7 8 : 100 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

· 34009 550 342 8 5 : 180 comprimés sous plaquettes(Alu­minium/Alumini­um).

9. DATE DE PREMIERE AUTORISATION/DE RENOUVELLEMENT DEL’AUTORISATION

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

10. DATE DE MISE A JOUR DU TEXTE

[à compléter ultérieurement par le titulaire]

11. DOSIMETRIE

Sans objet.

12. INSTRUCTIONS POUR LA PREPARATION DES RADIOPHARMACE­UTIQUES

Sans objet.

CONDITIONS DE PRESCRIPTION ET DE DELIVRANCE

Liste II.

Retour en haut de la page